Album

mardi 28 février 2012

Cloué sur place

par Unknown
Ce n'e sont pas vraiment mes
poumons, mes radios sont sur un CD
mais on a pas de lecteur!
Le temps s'étire, le blog à pris un coup. La dernière fois qu'on vous a donné des nouvelles, c'est Marie-Claude qui parlait de nos troubles de transit. Et bien ce n'était pas le summum de nos peines. Il y à deux semaines, une fièvre élevée, inquiétante et soutenue, accompagnée de ces maudits troubles intestinaux, a finalement eu raison de moi et m'a mené jusqu'à l’hôpital. Après une visite à l'urgence, je suis retourné à l'hôtel avec un traitement pour un gastro aiguë qui a empiré mon mal et c'est dans un état lamentable que je suis retourné le lendemain à l'urgence.
Le médecin de garde sur place à bien vu que quelque chose de plus grave qu'une gastro se tramait. Il m'a plugé sur un soluté et gardé pour la nuit. C'était parti pour 10 jours d'hospitalisation.

Et je vous dis pas comment les premiers jours ce sont passés. L'hôpital était aux standards de chez-nous et les médecins étaient compétents. Par contre, essayer de se faire comprendre avec la fièvre et l'insécurité de ne pas savoir quel mal me ronge, gruge toute mon énergie et mon moral en prend un sérieux coup. L'anglais des infirmières n'est, de toute évidence, pas adéquat pour un hôpital international. Je dois parler en bébé en simplifiant toutes mes phrases et en parlant uniquement à l'infinitif. Au lieu de demander: "can you take my temperature now?", je dois déclarer: "check fever now!". J'ai passé 10 jours à tenter de désapprendre mon anglais pour me mettre à leur niveau.

Au moins, j'avais une belle vue
de ma chambre
Une nuit, je fais une fièvre intense. Les infirmières me disent que non parce qu'elles ont pris ma température une heure avant et que m'a fièvre était basse. Elles refusent de me donner des tylenols pour une raison que j'ignore et je sens que je commence à paniquer. Marie-Claude est à l’hôtel, je dois me démerder tout seul. Ce qu'elles ne comprennent pas, c'est qu'elles ont pris ma température alors que les effets des tylenols précédents commencent à peine à s'effacer. À ce moment, j'avais effectivement une basse fièvre. Ce que j'ignorais tout ce temps, c'est que j'ai un échographie de prévue au matin et que je dois donc être à jeun. Les infirmières me refusent les Tylenols pour cette raison. Mais à ce point je ne comprends pas du tout ce qui se passe et je sais que je fais une fièvre dangereusement proche de 40 degrés. Finalement, après une heure de débats complètements flous et de discussions incompréhensibles, je fini par convaincre l'infirmière en chef de reprendre ma température et j'ai raison, ma fièvre est très haute, elle me donne des Tylenols sur le champ. Mon rendez-vous pour l'écho sera reporté et j'arrive a dormir une heure avec les médicaments qui abaissent ma fièvre. La difficulté de se faire comprendre cause des situations stressantes qui auraient pu être évitées tellement facilement. Heureusement pour moi, Marie-Claude déménage dans ma spacieuse chambre d'hôpital et a joué depuis à l'intermédiaire 24 heures par jour pour le reste de mon séjour. À deux, tout prenait plus de sens et nous arrivions à suivre le fil des évènements. Je plains ceux qui se retrouvent seuls dans des circonstances pareilles. Un cauchemar.

Pile-poil pour la St-Valentin
Mes troubles digestifs étaient bien causés par quelque chose. Une analyse est faite par le médecin qui démontre que tout ce temps et probablement depuis le début du séjour en Inde, j'était l'hôte d'un beau petit parasite en forme de coeur, la giardia. Pas grave du tout finalement. Ne provoque que de l’inconfort mais ne cause pas une situation médicale grave. C'est ce qui m'aura emmené à l'hôpital, dirigé le médecin dans une mauvaise direction en brouillant les cartes, mais pas ce qui causait ma fièvre et me rendait malade à ce point. J'en suis débarrassé maintenant.

A un certain point, le médecin est parti pour Bangkok. Je crois qu'ils font une rotation pour venir travailler à Phuket mais que la plupart ne vivent pas ici. Le nouveau médecin est plus jeune et, sur le coup, ça m'a inquiété de devoir recommencer. Mais, contrairement au premier médecin qui avait une approche traditionnelle de se distancer du patient et de ne donner que les bonnes nouvelles, le nouveau à pris le temps avec nous de comprendre notre itinéraire de voyage et de dresser une liste de sources infectieuses possibles qu'il a ensuite attaquée par élimination. Tout le temps qu'il m'a traité, il nous a tenu au courant de ses réflexions et nous avons établi une relation de confiance vraiment rassurante. Il doute, avec raison, que la giardia provoque tant de fièvre et cherche ailleurs. Le premier médecin me traite aussi pour une bronchite parce que je tousse un peu, mais tout le monde prends ça à la légère, moi compris, parce que les symptômes sont très légers. Mais le nouveau médecin accroche et cherche de ce côté et me traite sans diagnostique pour des troubles infectieux aux poumons. A ce moment, j'ai commencé à me sentir mieux, mais ce n'était pas encore la solution finale...

L'arme fatale
Finalement, après quatre ou cinq jours de bombardement aux antibiotiques à l'aveuglette et de traitements plus ciblés, une pneumonie atypique (interstitielle) est apparue sur une radiographie de mes poumons. A partir de ce point, comme le médecin a un diagnostique, tout à changé. On m'a traité avec des antibiotiques pour la pneumonie et en l'espace de quelques heures m'a fièvre s'est mise à diminuer et mon état général s'est grandement amélioré. Deux jours plus tard, je mangeais comme un cochon et je commençais sérieusement à penser à sortir de l'hôpital. Soulagement, de la lumière au bout du tunnel...

Le jeune médecin doit maintenant retourner chez-lui et le premier reprend le flambeau. Il semble s'être rangé du côté du plus jeune et poursuit le traitement. Deux jours plus tard ma fièvre a finalement disparue et on me donne mon congé. Je dois poursuivre le traitement à la maison. Nous déménageons alors dans un condo de luxe de l'autre côté de la rue où nous jouissons d'une belle piscine extérieure et d'un studio avec cuisine, télé LCD avec le câble et internet illimité. Ça fait maintenant trois nuits que je reprends du poil de la bête en mangeant plein de bonne bouffe maison que nous cuisinons.

Tout le temps que j'étais hospitalisé, nous demandions les mise-à-jour de mon dossier, incluant les résultats d'analyses et nous les transmettions à Marie-Hélène, l'amie médecin spécialisé en médecine de voyage de Marie-Claude. Elle analysait tout ça et nous faisait part de ses réflexions. Ça nous a rassuré de voir que les médecins approchait le problème comme l'aurait fait un médecin au Québec et ça nous a grandement aidé de connaître ses réserves sur certaines conclusions du médecin Thailandais. Grâce à ses explications, nous avons pu amener le médecin à effectuer d'autres analyses et regarder dans d'autres directions. Il ne considérait pas nos demandes sur le champ, mais a toujours fini par comprendre notre logique et faire les analyses en questions. Je ne sais pas quel bien ça a fait et si nous avons contribué à trouver mon problème, mais ça gardait mon cerveau occupé et, pendant ce temps là, je ne broyait pas du noir. Avoir l'avis continu d'un médecin de chez nous à procuré un support moral précieux. Merci Marie-Hélène d'avoir pris le temps pour moi. Ceux qui me connaissent personnellement doivent se demander pourquoi je n'ai pas demandé à mon père médecin, mais justement, c'est mon père. J'aurais trouvé plus difficile pour le moral de savoir que je l'inquiétais d'avantage en lui donnant tous les détails et qu'il était impuissant à distance.

Quand même confo ma chambre
J'espère bien que tout ça est derrière moi. Je dois revoir le médecin bientôt et je n'ai pas encore l'impression que la maladie est complètement partie. Il y a sûrement une part de peur irrationnelle dans tout ça et j'imagine que dans quelques semaines je n'y penserai plus. On ne saura jamais ce qui est arrivé, quelle bactérie m'a attaquée. D'après le médecin, j'ai sûrement ramené ça de l'Inde. Selon lui il faut éviter de visiter ce pays si on veux vivre vieux. En Inde, comme dans toute l'Asie d'ailleurs, tout le monde à un réservoir d'eau chauffé au soleil... Un super incubateur pour la bactérie Legionella pneumophila, la maladie du légionnaire. C'est l'une des trois bactéries qui causent ce type de pneumonie. C'est peut-être la source, peut-être pas du tout.

D'une manière ou d'une autre, je crois que je devais être affaibli par tous les maux que j'ai eu en Inde et que j'ai développé une maladie qui n'aurait pas eu de chances en d'autres circonstances. Dans un pays crasseux comme l'Inde, il faut être en super santé pour combattre les microbes qui vous attaquent constamment... Une chance qu'on a pas persisté et qu'on est parti quand notre coeur nous l'a ordonné. Il faut écouter notre instinct, mon corps voulait partir de là avec raison... L'Inde est un super beau pays a visiter mais les conditions d'hygiène sont incroyablement mauvaises. S'il y a une prochaine fois, je vais m'assurer de péter le feu avant d'y mettre les pieds...

Et j'oubliais! Je ne fume plus depuis que je suis tombé malade. Disons que l'envie n'y était plus et je me suis dit que ce serait con de ne pas profiter du fait que je n'ai plus de nicotine dans le système pour arrêter.

6 commentaires:

  1. Quelle aventure! Je suis content que tout se replace et que la santé a repris le dessus. Comme je dis toujours, tout est parfait et si cette expérience a banni la cigarette de ta vie, alors c'est super positif pour les 60 prochaines années minimum!
    Merci pour le récit détaillé
    Robert

    RépondreEffacer
  2. Haha! Ouin, disons que c'est une façon un peu brutale d'arrêter de fumer mais c'est effectivement un point positif de toute cette expérience...

    RépondreEffacer
  3. Bonjour André! Bonjour Marie-Claude!

    Je suis vraiment contente de te savoir beaucoup mieux, André! Et je tenais à te féliciter d'avoir mis la cigarette de côté... Ça doit être mon "p'tit" côté inhalothérapeute qui est si fier de toi! ;-)

    Continuez à écrire! J'adore vous lire! Je voyage avec vous! À bientôt!

    Ysabel

    RépondreEffacer
  4. Un sage a déjà dit: "Dans'vie mon jeune, sois tu pars en safari, sois tu tonds ton gazon! "
    La vie renferme son lot de risques, ce même si tu étais resté pour tondre ton gazon...

    Je suis très heureux du dénouement final et de savoir que la santé est revenu.

    RépondreEffacer
  5. André Malenfant5 mars 2012 à 23 h 58

    Bien d'accord! Et en plus, sans vouloir avoir l'air ésotérique, rien n'arrive sans raisons. Je suis tombé malade sûrement en partie parce que je fumais et ça ma fait arrêter. Si j'étais encore à Montréal dans le même rythme de vie, je serais probablement en train d'en griller une. Peut-être qu'il fallait que je change de vie pour changer mon habitude de fumer... Bon, maintenant faut que je persiste...

    RépondreEffacer
  6. Je ne peux que te dire de continuer. J'ai moi même cessé de fumer il y a plus de 22 ans. (J'avais 10 ans... :) )

    Ne lâche pas et surtout ne succombe pas, plus le temps passe plus c'est facile.

    RépondreEffacer